Babzman
Image default
Accueil » Mohamed Garne, né d’un viol perpétré par des paras français, il est reconnu « victime de guerre »
Histoire d'Algérie L’Algérie contemporaine (1962 à nos jours)

Mohamed Garne, né d’un viol perpétré par des paras français, il est reconnu « victime de guerre »

Le parcours de Mohamed Garne s’apparente à une longue errance. Quand il décide, de faire la lumière sur ses origines, il se trouve vite face à un gouffre. Après avoir retrouvé sa mère Kheira terrée au fond d’une grotte d’un cimetière à Alger, après avoir cru que son père était un « martyr de la révolution » et en avoir réclamé la reconnaissance devant les juridictions algériennes, Mohamed Garne apprend finalement sa véritable filiation.

Sa mère a été torturée et violée par des paras français, alors qu’elle n’avait que 15 ans. Enceinte, les soldats ne l’ont pas épargnée et ont continué à la violer et à la maltraiter

Mohamed Garne est séparé de sa mère à sa naissance, le 19 avril 1960, car elle a été jugée incapable de prendre soin de son enfant. Il est alors confié à plusieurs nourrices et en 1965, il sera adopté par la romancière et académicienne Assia Djebar et son premier mari Walid Garn pseudonyme de Ahmed Ould-Rouis. Seulement à ses quinze ans, ce couple se sépare et l’oblige alors à retourner à l’orphelinat.

A 28 ans, Mohamed se lance à la recherche de sa mère biologique qu’il retrouve en 1988. Elle habite entre deux tombes au cimetière de Sidi Yahia à Alger.

Découvrez la suite de l’histoire bouleversante de Mohamed Garne dans ce documentaire :

Articles similaires

1 commentaire

Meziane 14 juin 2021 at 1 h 46 min

Je comprend pas il a été adopté par le couple Assia djebar/ et ould Rouis à leur divorce ils renvois l’enfant. A l’orphelinat c’est quoi ses parents une honte si c’est vrai

Réponse

Laissez un commentaire