Babzman
Image default
Accueil » Extrait revue Babzman – El-Biar, la commune des Puits…
Généralités Histoire

Extrait revue Babzman – El-Biar, la commune des Puits…

Du temps des Turcs, le fahs d’Alger, autrement dit la banlieue, se divisait en sept cantons qui sont : Bouzaréah, Béni Messous, Aïn Zeboudja (la fontaine d’oliviers sauvages qui englobait Ben Aknoun et El Qadous), tout comme Tixraïne, Birmourad Raïs et El-Biar faisaient partie de la subdivision territoriale de Birkhadem.

Les trois grandes zones que comprenait Alger relevaient toutes de Dar Essoltane : La Casbah, le fahs et les w’tane (ou aoutane). L’administration du fahs, des djnaïèn, les marabouts, les cimetières et les fours à chaux étaient confiés au Caïd el fahs. Le nom arabe d’El-Biar signifie les puits, en raison du nombre important de puits s’y trouvant.

S’étendant sur 19 km2, le septième arrondissement du Grand Alger se situe à 5 km du centre de la capitale, niché sur une altitude de 240 m environ. En effet, El-Biar recèle plusieurs sources d’eau et plusieurs dizaines de puits et est traversée par plusieurs oueds dont Oued Atoun (ou Oued Ayoun ou Oued M’kacel), qui est un cours d’eau prenant naissance dans le massif de Bouzaréah qui se jette dans la Méditerranée après avoir parcouru la commune d’El-Biar, puis les deux communes de Oued Koreïch et de Bab El-Oued. Ce Oued a causé de nombreuses inondations, dont celles de 1874, 1900, 1935, 2001 et 2003, toujours au niveau des communes de Oued Koreïch et de Bab El-Oued.

Peuplement de la commune 

C’est dans la soirée du 29 juin 1830 que les soldats du général de Bourmont sont arrivés là. Ils virent une banlieue peu peuplée mais parsemée de belles villas mauresques ou ottomanes, utilisées surtout comme résidences d’été.

Plus tard, en partie entre les mains d’Européens, des immeubles s’élevèrent entre les maisons de campagne des Turcs et des Maures. On y installa des guinguettes et des boutiques d’approvisionnement. Ce quartier des beaux jardins finit par former un village, puis une commune instituée par décret, le 23 avril 1835, qu’on rattacha à Alger, un siècle plus tard, le 31 janvier 1948.

Au vu de la situation géographique d’El-Biar, bâtie sur un plateau boisé et offrant une vue panoramique sur toute la baie d’Alger, au XIXe siècle, une colonie d’Anglais s’y établit chaque hiver. La présence importante de touristes anglais fit que cette commune devint une station estivale et hivernale très prisée.

A la sortie de la citadelle de La Casbah, la route d’El-Biar laissait à gauche le stade Mingasson, au-delà duquel venaient finir les tournants Rovigo. Après le réservoir d’alimentation en eau de la ville et le débouché du chemin des Quatre Canons, on passait ce que l’on appelait la porte du Sahel, d’où l’on s’évadait de la zone des anciennes fortifications. 

Bückall, l’architecte des premières villas 

Dès 1860, résultat d’un faisceau de phénomènes convergents, un nouveau regard est porté à la culture islamique algérienne. Napoléon III, qui vient à Alger en 1860, préconise d’intégrer l’héritage bâti existant dans les projets d’embellissement des villes. Parallèlement, une association, la Société historique algérienne, s’élève contre la destruction des maisons de l’ancienne ville d’Alger et parvient, avec les administrations civiles et militaires, à faire classer quelques édifices islamiques. Ce nouvel intérêt pour la culture locale rejaillit sur les architectes qui se l’approprient et l’intègrent à leur production architecturale. Un architecte du nom de Bückall y réalisa de belles villas, sur le chemin qui porta son nom plus tard, et conçoit dans le quartier d’El-Biar des villas néo-mauresques destinées à de riches hiverneurs.

Cette nouvelle esthétique, encore peu diffusée à Alger, côtoie ainsi une production architecturale qui reste, jusqu’en 1900, majoritairement influencée par les modèles esthétiques européens.

A 500 m de la porte du Sahel se trouvait le quartier des Tagarins, d’où un sentier à gauche grimpait au Fort l’Empereur, endroit historique, situé au sommet du Koudiaes-Sebaoun (colline du Savon), permettant une grande vue sur Alger et ses environs. Le fort, actuel Bordj Boulila, fut construit par un dey après le siège de la ville en 1541 sur la position même où l’empereur Charles Quint avait planté sa tente, d’où son nom. C’est dans ce fort que le maréchal De Bourmont reçut la capitulation du dey d’Alger. 

Les Algérois se souviennent du Fort l’Empereur à travers la célèbre colonne Bailloud : une tour construite en 1912 à la gloire de l’Armée d’Afrique, sur ordre du général Bailloud. Haute d’une cinquantaine de mètres, elle s’élevait juste devant le portail d’entrée du fort. Pendant la Seconde Guerre mondiale, peu après le débarquement américain du 8 novembre 1942, cette tour du Fort l’Empereur, particulièrement appréciée des avions allemands venant bombarder Alger, fut dynamitée le 3 février 1943 par les artificiers du génie militaire (Carroubier).

Le centre de l’ancien village devenu banlieue est au carrefour des avenues Clémenceau et Galliéni. C’est là que se trouvaient l’église et la mairie. Le petit chemin ombragé offrait un raccourci vers le lycée: on l’appelait le Chemin romain.

Transports urbains 

Pour le secteur du transport, un certain tramway jaune traînant une seconde voiture baptisée La Jardinière ralliait El-Biar à partir d’Alger-Centre et ce en l’espace d’une heure de temps.

C’est sans doute en 1887 que cette banlieue voit venir son premier tramway à vapeur, celui de la société précitée TMS (Transports et Messageries du Sahel). Cette ligne fut bientôt prolongée jusqu’à Chateauneuf qui devint le terminus des lignes dites d’El-Biar. Elle avait été construite à l’économie : voie unique sur la route ou sur l’un de ses bas-côtés, pente de 7,6% (c’est énorme), courbe de 15 m (c’est très peu pour un tram) et rails légers. Bien sûr, cette voie fut ensuite améliorée et électrifiée. Elle dut être néanmoins supprimée en 1938 et remplacée par les trolleybus. Cet abandon du tramway fut la règle à Alger, à des dates diverses, selon les lignes, pour être remplacé par des trolleybus sur les parcours accidentés, et ailleurs, par des autobus.

Eglises, écoles et bâtiments officiels d’El-Biar 

L’El-Biar des Français a accueilli très tôt des institutions charitables, religieuses ou scolaires. Et le dernier rôle a été accru après 1945. Pour ce qui concerne les établissements d’inspiration chrétienne, de mémoire on peut en citer quelques-uns : le Couvent de jeunes filles du Bon Pasteur, le Pensionnat Saint-Joseph des Frères des écoles chrétiennes, le Pensionnat Saint-Michel, le Pensionnat de la Sainte-Famille qui étaient situés au centre ou sur le chemin Beaurepaire, actuelle avenue Ali-Khodja.

Sur l’avenue Georges-Clémenceau se trouvait l’établissement scolaire de filles : la Sainte-Famille (primaire, collège). S’étendant sur plusieurs hectares (cours de récréation, jardins, enclos pour le sport, réfectoire, cantine…), cet établissement a continué à être dirigé par les sœurs chrétiennes jusqu’en 1976. D’ailleurs, quelques sœurs ayant enseigné à la Sainte Famille étaient encore de ce monde il y a quelques années et vivaient encore en Algérie comme sœur Elisabeth qui, du haut de ses 85 ans, continuait à donner des cours de français à Alger. 

A El-Biar, sur la place Carnot, actuelle place Kennedy, se trouvaient réunis l’église Notre-Dame du Mont-Carmel (qui existe toujours), la poste, l’école au style néo-mauresque, l’hôtel de ville avec un beau patio couvert d’une coupole et décoré d’une claustra polychrome, le monument aux morts (en hommage aux soldats disparus durant les deux guerres mondiales) ainsi que le traditionnel kiosque. 

La place de la mairie (Kennedy), plus tard, fut aménagée la place de la mairie avec ses jolis palmiers et ses bancs. Elle faisait face à la mairie de style mauresque. Dans les années 1980, cette célèbre place fut complètement défigurée, laissant place à un centre commercial souterrain dont l’activité est au point mort.

La résidence de l’ambassadeur de France en Algérie, connue sous le nom de Villa des Oliviers, est située face au soleil levant, sur les hauteurs d’Alger, à El-Biar, au bord d’un escarpement dominant l’une des plus belles baies du monde. Cette maison de campagne remonte, elle aussi, à l’époque turque. La propriété fut acquise en 1835 par la princesse de Mir, puis revint en 1838 au consul Schultze et à son épouse qui l’embellirent et la conservèrent sept ans. Cette époque garde le souvenir du nom par lequel Francès Schultze désigna la villa : La Calorama, c’est-à-dire La Belle vue.

Après avoir connu divers propriétaires, La Calorama échut en 1881 à Victor Olivier. C’est en demeurant un quart de siècle dans la famille Olivier que la villa acquit, par métonymie, le nom qui, encore aujourd’hui, est le sien. Il est vrai, également, que la propriété a toujours été peuplée de quelques oliviers sauvages.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, elle hébergea une succession d’hôtes prestigieux : le général Weygand à l’automne 1940, pour un court séjour, puis le général Juin, qui s’y installa plus longuement. C’est là que, le 8 novembre 1942, il apprit d’un envoyé spécial du président Roosevelt, l’imminence du débarquement allié en Afrique du Nord. En août 1943, le général de Gaulle établit sa résidence aux Oliviers où son épouse et ses filles vinrent le rejoindre, et y demeura jusqu’au 18 août 1944, date à laquelle il regagna la France. Après l’indépendance, le président de la République, souhaita que la résidence de l’ambassadeur de France fût établie à la Villa des Oliviers. Ce que l’Algérie accepta en la concédant par bail.

Les jardins d’El-Biar 

De nombreux jardins ornaient El-Biardont le parc des Pins avec son bassin d’eau et sa oisellerie ; le balcon Saint-Raphaël avec sa vue imprenable sur la Baie d’Alger. Le balcon de St-Raphaël, ou le belvédère, est niché sur le haut d’une falaise, d’une vingtaine de mètres, à partir duquel la Baie d’Alger s’offre complètement. Une vue panoramique à couper le souffle.

Ce terrain fut d’abord occupé par les jardins du consulat de Suède avant d’être aménagé en belvédère.

La compagnie Calridgeen fait l’acquisition en 1913 avec l’idée d’y édifier un hôtel mais ce projet tomba à l’eau, et le terrain fut racheté par les mairies d’El-Biar et d’Alger, en 1926, pour y aménager une terrasse et un balcon au bord de la falaise. A cette époque, le balcon était relié par un escalier champêtre au boulevard Marcel-Gallieni, actuel boulevard Ahmed-Bougara, et fut classé comme site pittoresque.

A l’occasion de l’ouverture de ce jardin au public en 1928, le maire Brunel prononce un discours inaugural où il explique le choix du nom de ce belvédère disant : «La légende biblique dans laquelle Tobie, devenu aveugle dans sa vieillesse, recouvre la vue sur les conseils de l’archange Raphaël. Ainsi, en admirant ce grandiose panorama, ressent-on l’affreuse chose qu’est la cécité.»

Ce balcon, qui reçoit les âmes les plus légères et les plus lourdes de peine, console ou fait rêver ses invités par cette vue imprenable. Tout autour, il est couronné de très belles villas de style hispano-mauresque.

Cette perle nichée sur les hauteurs d’Alger a vu venir au monde bon nombre de personnalités telles que Louis Bénisti, peintre et sculpteur français né le 15 mai 1903 et mort à Evian le1er mai 1995 ; Ali Ali-Khodja, peintre et miniaturiste né et décédé dans sa ville natale (1923-2010), Ahmed Ayad, le célèbre Rouiched, qui a marqué plusieurs générations à travers le théâtre et le cinéma algériens (1921-1999) ; Abderrahmane Amrani, dit Dahmane El Harrachi, qui a enchanté non seulement Alger mais quasiment tout le territoire national (1926-1980) ; Jacques Derrida, né le 15 juillet 1930 et mort le 8 octobre 2004 à Paris, ce philosophe français, professeur à l’Ecole normale supérieure puis directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, ainsi que beaucoup d’autres qui ont contribué à la construction d’Alger, que ce soit sur le plan culturel ou autre.

Aujourd’hui, El-Biar est dans un état délabré. Ses rues, bordées par des trottoirs à pavés qui violentent les pieds des passants, bordent les immeubles rarement retapés et presque jamais restaurés qui tombent en ruine. Les pans de murs cèdent de plus en plus, tuant parfois des passants, comme cela a été le cas au Boulevard Ahmed-Bougara, il y a quelques années, tuant une jeune femme.

La falaise du beau balcon de St-Raphaël n’a de cesse de se précipiter à petits bouts sur le même boulevard. Le terrain s’affaisse et la route est de plus en plus gondolée. L’Eglise, transformée en bibliothèque municipale, reste debout et bénéficie, actuellement, de travaux de rénovation. La maison mauresque, face à la résidence de France, a été détruite car abandonnée, peut-être par les héritiers, elle tombait en pièces.

Triste sort pour une commune qui a commencé à prendre vie sur un coup de cœur.

Mounira Amine-Seka

Sources :

  • Revoir Alger par ses eaux, XVIe et XIXe siècles, MouleyBelhamissi. Ministère de la Communication et de la Culture.
  • Dictionnaire des localités algériennes, AchourCheurfi. Editions Casbah, 2011.
  • El Biar, Hydra, Ben Aknoun, Djenayen el hafs, jardins des gens de la banlieue, Ahmed Karim Labèche. Dépôt légal : 2099-2014.

Image à la Une : carte postale N° 3025 – Algérie- El Biar – Place Kennedy

Image intérieure 1 : Sur cette vue du village  d’El-Biar, d’avant 1914, date du cachet de la poste, de petits immeubles  sont apparus près de l’église, mais les arbres occupent encore une grande        place sur le futur tracé du boulevard Galliéni.

Image intérieure 2 : Une villa à Saint Raphael à El Biar

Image intérieure 3 : Ancien tramway à El-Biar – www.judaicalgeria.com

Image intérieure 4 : El Biar  – l’église, sortie de la messe  

Image intérieure 5 : balcon Saint Raphael – El Biar, Alger – alger-roi.fr

Articles similaires

Laissez un commentaire