Les habitants d’Alger à l’époque Ottomane – Les juifs d’Alger : entre la plainte de l’errance et la manne abondante

Outre les ottomans et les populations citées dans les articles précédents de cette série consacrée à la population d’Alger à l’époque ottomane, les Juifs représentent, à partir du XVI e S une couche importante des habitants d’Alger, une ville ouverte à tous les refugiés. Ils ont largement contribué à son développement et à l’accroissement de sa population. Les chiffres qui varient selon les auteurs et les périodes, ne permettent pas de dessiner avec certitude la masse de la population juive. Cependant, on peut retenir qu’ au XVIIe S elle serait entre 8 000 et 10 000 ; au XVIIIe S, elle aurait atteint le chiffre de 15 000 et en 1830, elle est évaluée à 5 000 âmes sur une population totale estimée à 30 000 habitants. Malgré la conversion de certains Juifs à l’islam,( islâmiyya), ils restent donc nombreux. Si le nombre fluctue au gré des aléas naturels ou conjoncturels le ratio se maintient entre 15 et 20% de la population d’Alger.

ORIGINE DES JUIFS D’ALGER

Les premiers Juifs sont arrivés en Algérie depuis des temps immémoriaux. Certaines sources avancent qu’ils sont les descendants de ceux qui se réfugièrent en Afrique, après la destruction de Jérusalem par Vespasien, ou qui abandonnèrent la Judée pendant les persécutions qu’ils eurent à essuyer de la part des Romains, des Persans, des Musulmans et des Chrétiens, alors que pour l’historien Michel Ansky « il est probable que les premiers Israélites soient arrivés avec le flot colonisateur phénicien vers la fin du IIe millénaire avant notre ère qui les fit s’installer dans les comptoirs créés par eux sur les côtes méditerranéennes : Carthage, Bougie, Bône, Alger, Cherchell »…

 Pour Claude Martin , « les Israélites d’Algérie étaient pour la plupart des Berbères judaïsés avant l’invasion islamique et qui portaient des noms à consonance arabe comme Ben Sadoun, Ben Soussan, Benchétrit. Ces Juifs autochtones ou « porteurs de turbans » étaient répandus en 1830 dans tout le pays et proches par la langue et les mœurs de leurs voisins musulmans dont ils parlaient les langues : le berbère, le turc et l’arabe qu’ils écrivaient avec des caractères hébraïques ».

Quoiqu’il en soit, il est attesté qu’un grand nombre provient de ceux qui ont fuit la persécution chrétienne en Europe (Italie en 1342, Pays-Bas en 1350, France en 1403, Angleterre en 1422, et Espagne d’abord en 1391 juifs catalans et majorquin, puis en 1492). Ils porteront le nom de «porteurs de bérets » ou « porteurs de capuche », en référence à leur bonnet dont une extrémité tombe en arrière de la nuque. Cependant cette immigration s’est substantiellement amplifiée depuis 1492, lorsque la reine Isabelle de Castille et son mari Ferdinand d’Aragon signent un édit par lequel ils laissent aux juifs d’Espagne jusqu’au 31 juillet pour se convertir ou quitter le pays.

Plus d’une centaine de milliers de juifs et de « marranes » (faux convertis) choisissent l’exil en Afrique du Nord. Avec l’avènement des ottomans, Kheirredine Barberousse donne à ces refugiés qui restent connus sous le nom de «sépharades », substantif qui désigne l’Espagne, en judéo-espagnol, une langue dérivée de l’hébreu, la permission de s’installer à Alger et d’ouvrir des boutiques de commerce.

CATEGORIES DE JUIFS

On peut distinguer deux catégories de juifs; les Juifs indigènes et les juifs Livournais ; nous ne nous étalerons pas sur les Juifs du Levant, de passage à Alger, venant des provinces de l’Empire Ottoman, pour affaires.

1/LES JUIFS INDIGENES : comme mentionné supra, ce sont les descendants des juifs arrivés du moyen orient, établis de longue date et probablement de berbères convertis, ainsi que les juifs chassés d’Europe aux XIVe et XV e S dont les «Sépharades » d’Espagne.. Originaires de ce pays de longue date, rien ne distinguait leurs habitudes de vie de celles de Maures, n’était ce leurs habits ; ils étaient en effet soumis à l’obligation de s’habiller en noir, une couleur que les ottomans méprisent. Pourtant selon Laugier de Tassy, il ne leur était pas interdit de porter le burnous blanc des indigènes : « Les juifs étaient vêtus de noir avec des burnous, les uns blancs, les autres noirs, à la façon mauresque parce qu’ils étaient originaires de cette terre»

Ces juifs indigènes, méprisés et maltraités par tous les autres peuples vivaient dans une grande pauvreté et dans la servitude. A l’instar des autres groupes ethniques ils avaient leur propre quartier près de la Djenina, dans la ville basse, zone publique qui abrite les centres administratifs, économiques et religieux.

Pendant la période ottomane, les Juifs d’Algérie, comme les chrétiens d’ailleurs, étaient comme auparavant, soumis au statut de « dhimmi » ( protégé). En cas de litige avec un musulman, ils sont jugés par un tribunal musulman où leur témoignage vaut moins que celui d’un musulman. La communauté juive dispose de son organisation juridique et administrative avec, au sommet, son chef et son préposé ou moqadem qui exécute les jugements des tribunaux rabbiniques, perçoit les impôts et les taxes et répond de ses coreligionnaires devant les autorités musulmanes.

2/LES JUIFS LIVOURNAIS OU JUIFS FRANCS : nés ou du moins originaires d’Italie, rien ne les distingue des européens. ils sont habillés à l’occidentale, ce qui les fait appeler les « porteurs de perruque ». Ceux sont tous généralement des négociants et des marchands dont certains très fortunés, à l’opposé de leurs coreligionnaires indigènes.

C’est au XVIIe siècle que s’installent à Alger les Juifs Livournais, qui dirigent le grand commerce et forment, avec certains Juifs de la péninsule ibérique antérieurement installés, une aristocratie d’argent appelée les « Juifs francs » dont les enfants mâles vont souvent faire des études en France, Italie, Angleterre. Les Juifs Livournais, les Grâna, (pluriel Gurni), peu nombreux et directement placés sous la protection du consul de France, ne sont pas soumis à la dhimma, alors que les Chrétiens ne bénéficient le plus souvent que d’atténuations du statut de dhimmi grâce aux accords signés avec les pays européens. Laugier de Tassy apporte les précisions suivantes : « Il y a dans toutes les villes du Royaume d’Alger des juifs d’Italie, qu’on appelle juifs francs, et particulièrement ceux de Livourne. Ils font le principal commerce de ce royaume, tant en marchandises que pour le rachat des esclaves, où ils font valoir leur industrie ou leur friponnerie, comme il sera dit en parlant du rachat des esclaves. Ceux-là sont libres et considérés comme marchands étrangers, sujets des princes des lieux d’où ils sont originaires, ou des villes où ils ont été domiciliés. Ils peuvent partir quand ils veulent, pourvu qu’ils ne laissent aucune dette, de même que les autres étrangers turcs, maures et chrétiens. Ce sont les juifs de Livourne qui ordinairement, de société avec les principaux juifs de la ville d’Alger, prennent les fermes de l’huile, de la cire et autres semblables, où ils font des profits considérables…

CIMETIERES

Il existait à Alger trois nécropoles (Ribach, Midrash et Bacri) toutes situées au delà de la porte Babel Oued. Le cimetière Ribach, initiales d’un saint personnage Juif, RABBI ISAAC BAR CHECHET, enterré en 1409, est une concession du roi de Tlemcen , en 1287, lorsque Alger dépendait des Zianides; le terrain est situé près de l’oued Korich. Le terrain du cimetière Midrash, possédée par la grande Mosquée, a été acquis en 1461, en échange d’un immeuble situé rue Socgemah (Souk el Djemaa) dénommé « dar el far »; le terrain du troisième cimetière qui appartenait à des familles arabes, a été acquis, en 1794 par Ben Zakheut (Bacri); en échange d’une campagne située au « fahs Khandok el khamik » ou « Behiret el annab« , hors de la porte neuve; il était aussi dénommé « behiret Aroudj« (jardin de Aroudj) ou encore « aouïn skhakhna » (sources d’eaux chaudes).

CONCLUSION

L’histoire de notre pays a été durablement impactée par deux juifs Livournais ; les fameux Jacob Bacri et Michel Busnach, qui détenaient le monopole du commerce du blé algérien grâce aux largesses du Dey, avaient vendu à crédit, une grosse quantité, à Bonaparte lors de la campagne d’Égypte. Ils seront ainsi indirectement, à l’origine du coup de chasse mouches donné par le dey Hussein au consul Deval, qui s’était montré insolent dans le traitement de cette ancienne dette. En effet, le dey Hussein qui avait avancé l’argent de l’opération à la France en butte à une grave crise économique n’avait été qu’à moitié remboursé par la France en 1827. Ce sera le prétexte au débarquement des Français en 1830, officiellement pour répondre à cette offense alors que l’expédition avait en fait été organisée à des fins de politique intérieure pour restaurer le prestige de Charles X (1824-1830) qui était au plus bas .

Farid GHILI.

Histoire et Patrimoine d’Algérie (HPA)

Image à la une : Lithographie – Juive, en ville. Juif d’Alger

Articles similaires

Fatma Tazoughert, la mystérieuse reine des Aurès

El Haik et Laadjar de l’imagerie coloniale à symbole de résistance

Arrivée de l’armée française à Sidi Fredj et Staoueli – Partie 3